Le 2011 rapport annuel en images

 

De gauche à droite : Karen Mosher, secrétaire générale; David Langtry, président par intérim; et Philippe Dufresne, avocat général, parlent aux journalistes, le 17 juin 2011.

 

« Tout comme elle a contribué à la qualité de vie dont bénéficient tant de Canadiens aujourd’hui, [la Loi canadienne sur les droits de la personne] peut désormais être un catalyseur pour améliorer beaucoup d’autres aspects de la vie des collectivités des Premières nations. » David Langtry à l’Amphithéâtre national de la presse, à Ottawa, le 17 juin 2011.

 

« Le changement apporté à la Loi canadienne sur les droits de la personne procure aux peuples des Premières nations toute la protection qui est offerte aux autres Canadiens depuis plus de trois décennies. » David Langtry, lors de l’Assemblée générale annuelle de l’Assemblée des Premières nations, le 12 juillet 2011.

 

Sherri Helgason, directrice de l’Initiative nationale autochtone, devant la Federation of Saskatchewan Indian Nations, à Saskatoon, le 31 janvier 2011.

« Il y a manifestement un manque de responsabilisation. » [Traduction] Charles Théroux, directeur de la recherche, Commission canadienne des droits de la personne, Toronto Star, 29 novembre 2011.

 

David Langtry a rencontré Gilles Rivard, ambassadeur et représentant permanent adjoint de la Mission permanente du Canada auprès des Nations Unies, lors de la quatrième session de la Conférence des États parties à la Convention relative aux droits des personnes handicapées qui s’est tenue à New York. De gauche à droite : Harvey Goldberg, chef d’équipe des Initiatives stratégiques de la Commission; David Langtry; Gilles Rivard; et Nancy Milroy-Swainson, directrice générale du Bureau de la condition des personnes handicapées, à Ressources humaines et Développement des compétences Canada.

De gauche à droite : Irshad Manji; Ayman Al-Yassini, directeur exécutif de la Fondation canadienne des relations raciales; Karen Mosher, secrétaire générale de la Commission canadienne des droits de la personne; et Allan Rock, recteur de l’Université d’Ottawa.

Irshad Manji

Text Resize

-A +A